Les bouleversements culturels liés au numérique

bouleversements culturels écrans
Serge Tisseron, psychiatre de renom, s’est déplacé à Morges en Suisse début janvier pour une conférence sur le thème des enfants et des écrans.
En préambule, il a détaillé les grands bouleversements culturels liés aux écrans. Cette vision m’a beaucoup marquée. Je trouve qu’elle permet de mieux comprendre la différence entre notre comportement et celui de nos enfants avec les écrans.
Voici donc les 4 grands bouleversements qu’il citait :

 

Bouleversements dans la relation au savoir

Le premier grand bouleversement marquant concerne le savoir.
Avec le développement d’internet, tout le monde a accès à l’information quelque soit son âge. Il suffit d’avoir un appareil relié à internet et de savoir lire.
Ainsi en entreprise, ce n’est plus le chef ou la personne la plus ancienne, qui est forcément le référent du savoir. Un employé peut se renseigner de son côté, se former et en savoir autant, voir plus, que son chef désigné. De même à l’école ou à la maison, un enfant passionné par un sujet précis, peut en savoir autant ou plus que son professeur ou ses parents.

 

Ce n’est donc plus une personne désignée qui est le référent sur un sujet. Chacun à son niveau est détenteur d’informations et est compétent. Quelque soit son âge, chacun peut apporter sa connaissance sur un sujet pour éclairer la connaissance globale. C’est ce que Serge Tisseron appelle le « savoir wikipedia » !

 

Bouleversements dans les apprentissages

Le second bouleversement concerne les apprentissages.
Avant les smartphones, les compétences narratives étaient très attendues, notées. Savoir s’exprimer pour bien se faire comprendre était un pilier de l’apprentissage. Les livres et la lecture prenaient une grande place dans nos vies.
Ces piliers sont toujours présents dans l’éducation, mais, aujourd’hui, avec internet et sa profusion d’images, on passe de l’image au texte et du texte à l’image beaucoup plus vite. Les textes doivent être courts et percutants sinon ils ne sont pas lus (ou du moins, moins lus). Les compétences de synthèses métissées (image + texte) sont valorisées.
On lit, on se renseigne, on apprend différemment.

 

On utilise aussi notre cerveau de manière différente. Notre smartphone est toujours à portée de la main et nous lui confions toutes nos informations. C’est lui qui contient tout notre savoir. Ainsi, plus besoin de connaître par cœur les numéros de téléphones et adresses de nos amis. Plus besoin de connaitre par cœur les départements. Plus besoin de connaître par cœur des recettes de cuisine… On se facilite la vie en mettant dans notre smartphone toutes les informations que nous connaissions par cœur avant. On se libère de la place dans notre cerveau. L’enjeu est donc maintenant de savoir utiliser à bon escient cet espace mental libéré.

 

Bouleversements de l’identité

Notre société fait également face à des bouleversements de l’identité.
Avec l’augmentation du nombre de divorces, l’ouverture des frontières, les cursus professionnels variés, les jeunes peuvent avoir dans leur vie plusieurs familles, vivre dans plusieurs pays, exercer plusieurs métiers différents… Toutes ces expériences leurs confèrent une ouverture aux autres, à des cultures différentes, au monde. Ce sont des expériences qui leur permettent d’acquérir des compétences variées et qui influent aussi sur leur identité.

 

Autre volet de ce bouleversement d’identité, la naissance et le développement des identités numériques. Lorsque nos enfants jouent en ligne à des jeux vidéos, lorsqu’ils se connectent à leurs réseaux sociaux…, ils multiplient leurs identités. Ils s’inventent des pseudos et interagissent différemment en fonction des jeux en ligne ou des personnes qu’ils rencontrent. Ils peuvent ainsi être et se comporter de manière radicalement différente qu’ils soient face à face avec leurs amis ou en contact numérique via une plateforme donnée. Ces différentes identités sont importantes pour eux et font partie de leur personnalité.

 

Bouleversements dans la sociabilité

Le dernier bouleversement présenté par Serge Tisseron était le bouleversement dans la sociabilité.
Avec l’essor des réseaux sociaux, il est possible de créer des liens numériques avec des gens qui ont les mêmes centres d’intérêts que nous. Par exemple, si vous êtes un passionné d’échec, vous pourrez échanger en ligne avec d’autres passionnés, où qu’ils soient dans le monde et sans avoir à vous déplacer. Ainsi, des liens vont être créés ou renforcés via le numérique alors que des personnes se voient physiquement peu ou pas.

 

Depuis toujours les jeunes ont fait évoluer ce que les plus âgés avaient construit. Aujourd’hui, l’importance du numérique dans leur vie fait évoluer le comportement de nos enfants. Ils utilisent leurs écrans d’une manière radicalement différente de la notre, car leurs vies, leurs modes de vie sont différents. A nous de les accompagner au mieux. A nous de les encourager à vivre leurs passions, tout en sachant leur mettre des garde-fous. Sachons dialoguer avec nos enfants, intéressons nous à leurs centres d’intérêts, à ce qu’ils font avec leurs écrans dès leur plus jeune âge pour toujours garder le lien avec eux !

 

Serge TISSERON:
Psychiatre. Membre de l’Académie des technologies docteur en psychologie habilité à diriger des recherches. Chercheur associé à l’Université Paris VII Denis Diderot (CRPMS).
www.sergetisseron.com

 

Pour aller plus loin :

 

Le 29 janvier 2019

Les dernières applications

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *