Le droit à l’image, ça s’apprend dès 6 ans!

droit à l'image enfant

Le 21e siècle est entièrement dédié à la communication. Réseaux sociaux, partage de photos, blogs personnels… Cette nouvelle manière de communiquer a bouleversé nos vies.

Il est désormais très facile de partager des moments importants avec ceux qui sont géographiquement éloignés. Pourtant, cette facilité est une arme à double tranchant. A force de vouloir tout dire, tout partager, n’y a-t-il pas une véritable menace qui plane sur la vie privée ?

Le droit à l’image des enfants

Si vous n’êtes pas toujours certain de savoir ce que vous pouvez ou non publier sur la toile, mettez-vous à la place des enfants qui en savent encore moins.

La notion de droit à l’image est primordiale, c’est pourquoi nous devons en parler avec eux. Vous avez terriblement envie de publier la grimace de votre meilleur ami, immortalisée par votre smartphone. Pourtant vous vous demandez d’abord si cela ne va pas l’incommoder ou lui porter préjudice. Vous lui posez la question car lui seul est à même de décider s’il accepte ou non de figurer sur internet.

Sensibilisez alors vos enfants à la question des réseaux sociaux et de leur propre droit à l’image. Mieux vaut soulever ces problèmes avant qu’ils n’ouvrent un compte sur un réseau social. Faites passer l’information régulièrement afin que cela devienne naturel chez eux.

La phase de sensibilisation

Aider un enfant à se poser des questions, c’est bien. Mais le conduire à se les poser seul, c’est encore mieux.

Offrez-lui un appareil photo et regardez l’usage qu’il va en faire. Il se met à capturer chaque parcelle de vie. Tout devient sujet à cliché : les objets, les dessins, la télévision, mais aussi les gens qui l’entourent. Saisissez cette opportunité pour lui montrer qu’il est impossible de tout prendre en photo.

Dans la salle de bain, pourquoi fermez-vous la porte ? Pour bénéficier d’une certaine intimité. Si à ce moment, l’enfant prend une photo, cela signifie que l’intimité est brisée. Allez plus loin en demandant à votre enfant ce qu’il doit faire de cette photo qui vous gêne. S’il doit la conserver, l’effacer ou la montrer aux autres. Conduisez-le alors naturellement à comprendre que lorsqu’une photo risque de représenter de la gêne pour quelqu’un, il faut l’effacer et même, anticiper et ne pas la prendre.

Laissez-le s’amuser avec son appareil, puis regardez ensemble les clichés qu’il a pris pour discuter du droit à l’image, exemples à l’appui.

droit à l'image enfant

 

L’enfant, acteur de son image

Petit à petit, vous pourrez consulter votre enfant avant d’envoyer une photo de lui à papy et mamie, de faire un film pour marraine Morgane ou de publier des instantanés sur Facebook. Demandez-lui si cela ne le gêne pas ou même s’il a envie de partager ce moment. Vous pourriez être surpris de ce qui pourrait le déranger. (A lire également: Faut-il poster les photos de ses enfants sur Facebook?) Commencez cette formation dès l’âge de 6 ans.

Discutez régulièrement du droit à l’image des enfants. Ne vous laissez jamais guider par vos propres intuitions lorsqu’il s’agit de publier une photo de lui sur un réseau social. Veillez toujours à communiquer sur ce point.

Le passage délicat mais crucial de l’adolescence

Si vous avez aidé votre enfant à mener une réflexion sur le droit à l’image des enfants, cette phase sera plus facile à appréhender.

Demandez-lui si ses copains d’école ont déjà un compte Facebook et comment ils s’en servent. Expliquez-lui qu’il doit garder la maîtrise de son image et qu’il a pleinement le droit de refuser d’apparaître sur la toile. Il doit aussi réfléchir avant de publier une photo de lui. Parlez des conséquences d’une photo qui ne disparaîtra pas, pour aujourd’hui et pour sa vie future.

Accompagnez-le pour ses premiers pas dans les réseaux sociaux et aidez-le à régler ses paramètres de confidentialité. Sur Facebook, il devra choisir de n’être visible que par ses amis. Montrez-lui également qu’il peut régler ses paramètres en fonction de chaque message et qu’il peut restreindre ses groupes d’amis. Accompagnez votre enfant, surveillez de loin ses activités mais surtout, ne le pistez pas en étant ami avec lui. Laissez-lui une part d’autonomie (A lire également: Whatsapp, un des réseaux sociaux préférés des jeunes). C’est par le dialogue que s’effectue la meilleure protection de votre enfant.

En prenant le temps de réfléchir avec votre enfant à son droit à l’image, vous lui permettez de se protéger. Il doit être conscient qu’il est propriétaire de son image et qu’il faut une autorisation de sa part pour l’utiliser.

A voir également cette vidéo de Serge Tisseron sur le droit à l’image et à l’intimité.

Le 28 janvier 2016

Les dernières applications

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *