Echange sur l’utilisation du numérique dans une classe extraordinaire !

utilisation du numérique dans une classe

Exemple d’utilisation du numérique dans une classe, celle d’un professeur des écoles spécialisé

Nicolas Rallet est un professeur des écoles spécialisé dans les troubles cognitifs. Il est en charge d’une classe externalisée d’un établissement médico-sociale dans un collège.
Les élèves, qu’il accompagne, doivent faire face à des troubles Dys ou multi-Dys (dyslexie, dyspraxie…) ou des déficits de l’audition. Ces jeunes ont besoin d’une prise en charge spécifique, mais dans certaines matières suivent les classes dites « ordinaires » du collège.

Son objectif principal est de rendre ses élèves autonomes avec une feuille de route accessible.
Pour cela, il travaille depuis longtemps sur ordinateur. Mais depuis qu’il a découvert l’iPad, il y a 3 ans, il favorise le travail avec cet outil pour ses élèves. Sa classe est aujourd’hui équipée de 4 ordinateurs, 4 iPad (depuis janvier) et 1 vidéoprojecteur, ce qui lui permet d’afficher l’écran de l’iPad sur le tableau.

Les avantages de l’iPad en classe

Selon son expression:

« l’iPad est comme un couteau suisse, avec son appareil photo, son enregistreur audio et vidéo et surtout son extrême mobilité. »

Pour ce professeur engagé, le gros avantage de l’iPad pour les enfants Dys est l’accessibilité de l’outil: la possibilité de rendre accessible certains contenus pour la lecture, la production d’écrit et la copie.
Lors des exercices de lecture, il joue facilement avec les contrastes et les zooms pour les élèves ayant besoin d’un bon confort visuel. Les élèves ont également la possibilité de faire lire la consigne ou le texte par la tablette.
Les aides à l’écriture comme le correcteur orthographique ou la suggestion de mots sont également d’une grande utilité. Un enfant multi-dys aura de grosses difficultés de production à l’écrit sur papier alors que la production sera bien meilleure sur tablette. En effet, il est possible d’y afficher, sur le même écran, le texte à recopier et le clavier d’écriture. Ceci facilite l’écriture pour les enfants ayant des difficultés d’attention ou neurovisuelles.

« La tablette est un support pour apprendre à coopérer et donc à communiquer, surtout pour des élèves ayant des difficultés de communication. »

Nicolas Rallet ajoute: « La tablette n’est qu’un outil comme un autre. Ce qui est important c’est l’usage que l’on en fait. Il doit répondre aux besoins des élèves. »

Les applications utiles en classe

Nicolas Rallet utilise de nombreux outils en classe et tente en permanence de nouvelles expériences ou projets.
Ses usages :

  • Des exerciseurs pour automatiser des compétences.
    Ex : Mathador ou Number Catcher pour le calcul mental, La magie des mots pour la transcription graphème-phonème, …
  • Des applications de création pour produire des contenus enrichis (texte, audio, vidéo, image, …). L’idée est de multiplier les canaux pour formaliser un savoir et l’enraciner ainsi que pour développer des compétences langagières.
    Ex : Adobe Spark, Tellegami, Voki
  • Des applications pour créer un environnement de travail numérique.
    Ex : Google drive, OneNote qui est en cours de construction (voir l’usage de One Note Learning Tools: http://www.bancdecole.fr/2016/01/en-classe-avec-onenote-et-des-outils-pour-la-dyslexie/ )
  • Des applications pour communiquer et collaborer avec d’autres classes sur différents projets
    Ex : twitter et la Twictée

Le projet Twictée

Depuis 2 ans, ce professeur très motivé entraine ses élèves dans le projet Twictée. L’objectif est double : aider ses élèves à améliorer leur orthographe et les éveiller aux réseaux sociaux via Twitter.

« Ma classe correspond avec d’autres Twittclasses pour écrire une dictée et la corriger à l’aide de Twoutils. (Découvir ici la Twictée en vidéo)La twictée se veut un dispositif inclusif. Donc je propose des adaptations pour permettre à des élèves même en grande difficulté au niveau d’orthographe de participer à ce défi avec des élèves de leur classe d’âge. »

Les élèves sont motivés et les résultats visibles ! Le projet marche tellement bien que ses élèves accompagnent, en tant qu’experts, une classe de 5ème du même collège qui se lance dans le projet.

Les prochains projets de Nicolas Rallet avec sa classe ?
Se lancer dans un Twittconte, travailler Minecraft en classe, sous-titrer pour les malentendants les vidéos d’un YouTuber…

Merci Nicolas pour ce partage d’expérience très complet!

Nicolas Rallet : Professeur des écoles spécialisé dans les troubles cognitifs
Twitter : @Profdys

Le 6 octobre 2016

Les dernières applications

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *