Les balises 3 6 9 12 – Tribune de Serge Tisseron

photo Serge Tisseron

Serge Tisseron revient pour nous sur les clés à respecter pour la mise en place d’un temps d’écran raisonnable: les balises 3 6 9 12.

S. Tisseron:

Une bonne diététique des écrans commence dès la naissance.

Avant 3 ans, éviter les écrans ou accompagner les enfants sur de courtes périodes.

Avant  3 ans, les écrans n’apportent rien. Pire encore, ils éloignent le bébé de la seule activité vraiment utile à son âge, qui est d’interagir avec son environnement en utilisant ses sept sens.
Mais si un parent a besoin d’une tablette pour nouer une relation avec son enfant, pourquoi pas. Dans ce cas, c’est toujours en usage accompagné, sur une période courte – par exemple 10 minutes –, en complément des jeux traditionnels, et sans autre intention que de s’amuser ensemble(autrement dit, pas pour faire travailler l’enfant !).

Il est également important de toujours bannir la tablette pendant le repas, pour calmer l’enfant (cela ne pourrait que l’inciter à hurler encore plus souvent pour tenter d’avoir ce jouet) et au moment du coucher dans la mesure où la lumière bleue des écrans perturbe gravement les rythmes de sommeil.

3-6 ans: introduction progressive des écrans

Quand l’enfant grandit, entre trois et six ans, il est important de privilégier toutes les activités manuelles qui participent à son développement et de n’introduire les écrans que progressivement, pour arriver à une heure par jour au maximum à six ans, tous écrans confondus.
C’est également l’âge ou l’on peut introduire la photographie comme une façon pour l’enfant de découvrir une autre facette des technologies numériques : leur appropriation dans des pratiques créatives.

Enfin, ne mettons jamais une télévision ou un ordinateur dans sa chambre, et cela reste valable jusqu’à la fin de l’adolescence !

6-9 ans: limitation du temps et incitation à l’autorégulation

Entre six et neuf ans, continuons à limiter le temps d’écran (1H par jour d’écran distractif) et encourageons-le à gérer ses temps d’écran en les notant sur un carnet. Cela lui permet de prendre conscience du temps qu’il y passe.
Mais prenons aussi du temps pour parler de ce qu’il voit et fait avec les écrans, et encourageons ses activités de création, par exemple avec le logiciel Scratch sur Internet.

Et, bien qu’il soit un peu jeune pour aller sur Internet, expliquons-lui les trois règles qui régissent cet espace : tout ce qu’on y met peut tomber dans le domaine public, et y rester éternellement, et tout ce qu’on y trouve est indécidable.

9 – 12 ans: lui apprendre à se protéger et favoriser les échanges

De neuf à 12 ans, l’important est de lui apprendre à protéger ses échanges avec des camarades. En effet, c’est l’âge où il découvre les réseaux sociaux. Continuons aussi à:

  • parler avec lui de ce qu’il voit et fait avec les écrans,
  • encourageons ses activités physiques et ses activités de création, et
  • parlons avec lui de l’âge où il aura son premier téléphone mobile.

Après 12 ans: rester disponible

Enfin, après 12 ans, restons disponible à lui car il continue à avoir besoin de nous, même s’il ne le montre pas !
En pratique, cela signifie :
continuer à limiter le temps d’écran (2H maxi par jour d’écran distractif),
l’encourager à gérer son temps hebdomadaire d’écran (« carnet du temps d’écran »),
parler de ce qu’il voit et fait avec les écrans,
encourager ses activités de création (photographie et films au tél mobile),
mais aussi de lui expliquer le plagiat, le harcèlement et la pornographie.
Et n’oublions pas de fixer des règles familiales d’utilisation des écrans, notamment en termes d’utilisation des téléphones mobiles (à interdire pendant les repas) et d’interruption du WIFI la nuit.

Pour résumer ces conseils j’ai proposé ce que j’ai appelé « les balises 3 6 9 12 ». En pratique on peut les résumer de la façon suivante :

  • Avant 3 ans : jouez, parlez, arrêtez la télé
  • De 3 à 6 ans : limitez les écrans, partagez-les, parlez en famille
  • De 6 à 9 ans : créez avec les écrans, expliquez-lui Internet
  • De 9 à 12 ans : apprenez-lui à se protéger et à protéger ses échanges
  • Après 12 ans : restez disponibles, votre enfant a encore besoin de vous

Et toujours : Prendre le repas du soir sans télévision, ni tablette tactile, ni téléphone mobile, ni illustré, ni journal !

balises 3 6 9 12 S. Tisseron

 

Serge Tisseron est Psychiatre, Membre de l’Académie des technologies docteur en psychologie habilité à diriger des recherches. Il est également Chercheur associé à l’Université Paris VII Denis Diderot (CRPMS).

Le 29 septembre 2016

Les dernières applications

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *